Un peu de... toi
I was alone,
falling free,
try my best
not to forget


liens
accueil
7è ciel(s)
mail

recherche


radio.blog
décembre 06
archives

archives
Janvier 12
Juillet 09
Janvier 09
Octobre 08
Août 08
Juillet 08
Mai 08
Février 08
Janvier 08
Novembre 07
Septembre 07
Juillet 07
Juin 07
Mai 07
Avril 07
Mars 07
Février 07
Janvier 07
Décembre 06
Novembre 06
Octobre 06
Septembre 06
Août 06
Juillet 06
Juin 06
Mai 06
Avril 06
Mars 06
Février 06
Janvier 06
Décembre 05
Novembre 05
Octobre 05
Septembre 05
Août 05
Juillet 05
Juin 05
Mai 05
Avril 05
Mars 05
Décembre 04
Novembre 04
Octobre 04
Septembre 04
Août 04
Juillet 04
Juin 04
Mai 04
Avril 04
Mars 04
Février 04
Janvier 04
Décembre 03
Novembre 03
Octobre 03
Septembre 03
Août 03
Juillet 03
Juin 03
Mai 03
Avril 03

syndicate


ailleurs
dali
duplex
junko
l'excentrée
la grange
maaa
malabarprincess
midget
odysseus
smoking
kills

vari(ati)ons

pas loin
404bnf
60millions
acathodique
artefact
bonk
cali
cha
childish
teen

dew
fleur
freaky
doll

fsens
henrisson
homonyme
impair(e)
kwyxz
matthieux
menstruel
mir
monierza
nacara
ol/lo g
oni
polly.p
pouic
sparkling
sskizo
theo
uname
yoda
zazon
zoya

pour les yeux
84
bluejake
carte
blanche

chromasia
d.d.o.i
décadence
de ci, de là
dpov
elle
grey
expectations

interesting
@flickr

joe's
nyc

jr
kawaii
nostalgika

kea
mareen
fischinger

mute
northern
exposure

olive
olivier j
open eyes
overshadowed
photo+
addiction

shazeen
samad

slower
staring
@ the sun

steal
pictures

the bitter
*girls

un jour
à paris

widelec
wysiwyg

à écouter
aurgasm
buscate
un novio

candy
cane

comiteacute;
central

concerts
à emporter

copy,
right?

dfa
for robots
green
i was
there

mort
aux jeunes

palms out
sounds

really?

favoris
lecteur RSS
ascreen
blog à part
un blog par jour
le blog fun
MindFood
@myspace
tripHop
image très drole
 

admin




Mardi 3 janvier 2012 - 21:07
03/01/2012
still can't relax. stuck in a kind of action movie scene you loop-watch 10 times, 10 times being impressed, 10 times being shocked and still thinking everytime "wow, what the fuck." but, no, that was really not a nice scene.
Mardi 21 juillet 2009 - 18:12
"Gloires", on the road to Dam Mon, Vietnam (2009-07-21)
Mardi 21 juillet 2009 - 18:11
Toujours impossible d'écrire. Une question d'équilibre. Je te prête mes yeux.
Vendredi 9 janvier 2009 - 07:13
Peaceful (Vietnam)
Vendredi 9 janvier 2009 - 06:59
Vietnam Underwater (octobre-novembre-décembre 2008)










Mercredi 15 octobre 2008 - 19:58
Lao.




Lundi 11 août 2008 - 14:35
Strasbourg, 11 août 2008
Mercredi 9 juillet 2008 - 00:46
À l'est








Dimanche 6 juillet 2008 - 10:05
Une rencontre impromptue avec des amis de l'autre bout du monde. Les beaux quartiers, appartement bourgeois, le temps semble s'être arrêté il y a une bonne quinzaine d'années. Dans les toilettes, sur chaque mur, des dédicaces d'auteurs de bandes dessinées, Hugo Pratt, Dodo, Mœbius, Mandryka; sur la table du séjour, Courrier et Libé; la quasi-certitude d'avoir un souvenir très lointain de notre hôte, lointain, lointain jusqu'à l'enfance, au moins.
Café brun, à la vietnamienne, parler de celle qui m'attend là-bas, et non, merci, pas de cigarette, j'ai arrêté.
Dîner à la vietnamienne, tofu, lard grillé, spaëtzle, gai lon, riz blanc, les habituels sous-entendus, incompréhensions, différences culturelles, et surtout, surtout, cet humour au premier degré et demi, à effet garanti.
À la vietnamienne donc: les assiettes ne sont jamais vides, les verres non plus, à la française aussi, une soirée qui ne peut que se finir avec de l'absinthe tchèque et de l'herbe africaine.

Vélo. Prendre de l'élan. Se laisser filer, suivre le mouvement, des souvenirs à chaque coin de rue, ici, de nuit, tout peut arriver, et tout arrive. (...)

Lever de soleil sur la Petite France. 2, Kebabstraße. Troisième étage; l'Appartement. Emménagement récent, parquet impeccable et rideaux immaculés, pied-à-terre indécent dans le quartier de mon enfance. Tout le monde dort, sauf le chien, à l'affût. Musique. Quelque chose de doux. Ella?

(...)

Soirée en plein air dans un village en heim (comprenne qui pourra..). Préparer quelques litres de S. Sling. Au hasard des conversations, une blonde, cérébrée et cérébrale, érudite et nantie (sémite?), dominatrice à l'extrême. Définitivement incompatible.
Et là, Elle. Crush. Désir déroutant, comme un goût d'idéal, paradoxal. On me dit que certains regards ne trompent pas. Et puis ce truc qui fait que tu peux rester silencieux avec les gens avec qui tu te sens bien, mais la vie est une pute, même avec une paire d'as en main, même avec 82% de chances de réaliser un coup de poker.. magistral.

(...)

Parler, parler, parler avec sérénité de ce maudit temps qui passe, de ceux qui étaient encore là hier, de ceux qui ne seront peut-être plus là demain, de la douce ironie de la vie, des larmes, non-dits, vérités criantes, de ces fantômes, présents, et de déchirures, futures.
Mais, tu sais, ressentir la sagesse et le détachement de ceux qui ne laissent pas leur destin au hasard, considèrent la vie avec philosophie et la mort avec fatalisme ne peut laisser qu'une marque profonde, indélébile; changement de vie, changement de philosophie.
Dimanche 4 mai 2008 - 20:21
Clic clic. Un lien, une page, une image. Clic clic. Des photos. 10 photos. Et puis, Elle. Elle, sourire fabriqué, opalescente, Elle, l'inconstante, devenue fantôme, et cette frénétique déferlante de souvenirs, de mélodies, d'odeurs, et d'autant d'orgasmes, Elle, de celles qu'on ne peut oublier, et cette envie d'écrire qui revient d'un coup, cette espèce de fureur âpre, de violence complexe, de folie douteuse, cette matière première sans laquelle jouer avec les mots devient un exercice particulièrement difficile, à croire qu'il faudrait toujours avoir quelque chose à cerner, à comprendre, ou à exorciser, pour arriver à écrire avec passion.


capture d'écran gagner des codes allopass
timing: 0.03 sec - sql: 2q, 0.001 sec