Un peu de... toi
I was alone,
falling free,
try my best
not to forget


liens
accueil
7è ciel(s)
mail

recherche


radio.blog
décembre 06
archives

archives
Janvier 12
Juillet 09
Janvier 09
Octobre 08
Août 08
Juillet 08
Mai 08
Février 08
Janvier 08
Novembre 07
Septembre 07
Juillet 07
Juin 07
Mai 07
Avril 07
Mars 07
Février 07
Janvier 07
Décembre 06
Novembre 06
Octobre 06
Septembre 06
Août 06
Juillet 06
Juin 06
Mai 06
Avril 06
Mars 06
Février 06
Janvier 06
Décembre 05
Novembre 05
Octobre 05
Septembre 05
Août 05
Juillet 05
Juin 05
Mai 05
Avril 05
Mars 05
Décembre 04
Novembre 04
Octobre 04
Septembre 04
Août 04
Juillet 04
Juin 04
Mai 04
Avril 04
Mars 04
Février 04
Janvier 04
Décembre 03
Novembre 03
Octobre 03
Septembre 03
Août 03
Juillet 03
Juin 03
Mai 03
Avril 03

syndicate


ailleurs
dali
duplex
junko
l'excentrée
la grange
maaa
malabarprincess
midget
odysseus
smoking
kills

vari(ati)ons

pas loin
404bnf
60millions
acathodique
artefact
bonk
cali
cha
childish
teen

dew
fleur
freaky
doll

fsens
henrisson
homonyme
impair(e)
kwyxz
matthieux
menstruel
mir
monierza
nacara
ol/lo g
oni
polly.p
pouic
sparkling
sskizo
theo
uname
yoda
zazon
zoya

pour les yeux
84
bluejake
carte
blanche

chromasia
d.d.o.i
décadence
de ci, de là
dpov
elle
grey
expectations

interesting
@flickr

joe's
nyc

jr
kawaii
nostalgika

kea
mareen
fischinger

mute
northern
exposure

olive
olivier j
open eyes
overshadowed
photo+
addiction

shazeen
samad

slower
staring
@ the sun

steal
pictures

the bitter
*girls

un jour
à paris

widelec
wysiwyg

à écouter
aurgasm
buscate
un novio

candy
cane

comiteacute;
central

concerts
à emporter

copy,
right?

dfa
for robots
green
i was
there

mort
aux jeunes

palms out
sounds

really?

favoris
lecteur RSS
ascreen
blog à part
un blog par jour
le blog fun
MindFood
@myspace
tripHop
image très drole
 

admin




Lundi 31 mai 2004 - 01:49
Comme un air de déjà vu
Dimanche 30 mai 2004 - 00:16
Variations sur un même thème : Cinquième et dernière
Dimanche 30 mai 2004 - 00:14
Variations sur un même thème : Quatrième
Dimanche 30 mai 2004 - 00:13
Variations sur un même thème : Troisième
Dimanche 30 mai 2004 - 00:12
Variations sur un même thème : Seconde
Dimanche 30 mai 2004 - 00:11
Variations sur un même thème : Première
Samedi 29 mai 2004 - 02:25
48° 51' 13" , 2° 22' 48" : La lune, dont je te parlais
Samedi 29 mai 2004 - 02:14
Un peu comme le gars qui tient une conversation d'une heure et demie sur une terrasse de restaurant parisien, sans interruption, parlant de tout et n'importe quoi, de l'apéritif au café. Seul, avec l'oreillette le reliant à son mobile.
«Tête à oreille», tu disais ?
Samedi 29 mai 2004 - 01:27
Ce soir, j'ai vu Jean-Jean. Puis, Jay-Jay m'a raccompagné chez moi.
Samedi 29 mai 2004 - 01:26
Après avoir longuement cherché les bons mots, j'ai enfin réussi à te dire tout ce que j'avais sur le coeur. Et, tout comme hier, tu m'as écouté, sans me juger, tu as soupiré, tu as souri. Tu m'as rassuré. Assuré. Parlé de tes valeurs, de... toi.
L'issue de cette conversation était connue d'avance. Résultat ? Entendu, présagé, prévu, préétabli, prédit, prédéfini, pressenti... prémédité. Mais quand même tout à fait incontrôlable. Lucidité. Et malgré tout, ta présence m'apaise toujours autant qu'elle me blesse; toujours paradoxal.
Vendredi 28 mai 2004 - 23:27
«Je reste libre de me perdre dans mes images.» - Noté.
Vendredi 28 mai 2004 - 09:05
Bonjour !
- Bonjour ! Comme d'habitude ?
Euuuuuh.. oui ?
- Alors deux croissants !
Vendredi 28 mai 2004 - 02:49
Ce soir, tu m'as pris par la main. Attendu. Et pendant près de huit heures, quatre-cent quatre-vingt minutes, ou ving-huit mille huit-cent secondes, tu m'as écouté, sans me juger, et bien plus encore, tu m'as fait sourire.
Parfois, les rôles se sont inversés, tu m'as parlé de toi, de ton univers, de ton quotidien, de tes soucis, de tes rancoeurs, de ton passé, du futur que tu souhaites te construire. J'ai apprécié cet échange, autant que ta présence, apaisante. Mais aussi blessante. Paradoxe. Les mots que je n'arrive pas à trouver.
Vendredi 28 mai 2004 - 02:44
Coordonnées inconnues : cage à lunes
Mercredi 26 mai 2004 - 18:03
Aujourd'hui, j'ai entretenu mon ulcère, cultivé ma cirrhose, et soigneusement encouragé mon cancer du poumon. Ah, et tripoté du "code" Dreamweaver toute la journée. Et pas de sourire; aujourd'hui est bien comme le demain d'hier.
Mercredi 26 mai 2004 - 15:10
Sors de ma tête !
Mardi 25 mai 2004 - 23:04
Récurrences
Pour qu'aujourd'hui ne soit pas comme le demain d'hier, ni comme l'avant-hier de demain, une règle simple, à appliquer à la lettre : ne plus jamais, quel que soit le contexte, laisser les sourires se mourir. Se contenter d'en rire.
Mardi 25 mai 2004 - 14:11
Toi puissance trois
Finalement, je vais arrêter quelques temps de parler de toi, de toi ou de toi, ici. Ca ne sert à rien.
Mardi 25 mai 2004 - 14:05
Mister Iceberg a sur l'épaule nord...
Lundi 24 mai 2004 - 21:19
Persévère
Père sévère
Perd ses vers
Perds ces vers
Perd ses verres
Perds ces verres
Lundi 24 mai 2004 - 21:15
48° 51' 55" , 2° 21' 41"
Lundi 24 mai 2004 - 21:14
48° 52' 19" , 2° 21' 52" : Probablement casanier
Lundi 24 mai 2004 - 21:13
48° 52' 29" , 2° 21' 49" : Grue. Rouge.
Lundi 24 mai 2004 - 14:10
Phase basse
Juste avant, hier, je me demandais comment prendre ton silence. Tes silences. Jusque là, je préférais rester sur le goût amer laissé par quelques coups de fil attendus mais jamais reçus. Maintenant, je sais.
"Dédain", ca commence comme "désintéressement", comme "décéption", comme "délaissé", ou comme "détestable". Mais franchement, maintenant, après t'avoir vu préférer miser sur le silence plutot que sur les mots, opter pour la fuite plutot que pour la sincérité, et opposé une totale débâcle à une tant attendue transparence, qu'est-ce que je peux encore imaginer ?
La fée est bel et bien sauvage, je suppose qu'il lui faudra se trouver elle-même avant d'imaginer pouvoir laisser un quelconque goût de respect dans les souvenirs qu'elle laisse d'elle, entre rouleaux de pellicule, yeux du matin et sourire du soir. Même pour une «wonderful friendship».
Et la, tu continues à me lire, silencieuse, comme si de rien n'était. Impassible, mais pas impuissante. C'est probablement ce qui me blesse le plus.
Désabusé, ou désenchanté, au choix.
Dimanche 23 mai 2004 - 17:30
Le silence habituel de cette cour devient subitement totalement appréciable au moment précis de la mise en route d'une vulgaire perceuse, venant brutaliser les échos de La Foule, échappés d'un autre appartement, puis portés par le vent.
Samedi 22 mai 2004 - 00:32
Ce soir,
J'ai vu la vie dans un studio de 10m², et un chat noir de 18 mois appelé Bakélite, drogué aux chips.
Vendredi 21 mai 2004 - 19:38
48° 52' 55" , 2° 22' 8" : Expression libre
Vendredi 21 mai 2004 - 19:07
48° 52' 53" , 2° 22' 8" : ;]
Jeudi 20 mai 2004 - 23:40
«Vite, vite, il en reste une, là !»
Se disaient les gendarmes. Mais que s'est-il passé ? Rien de grave, juste une demoiselle en train de bronzer en short et soutien-gorge dans un square parisien. Eh oui, le règlement interdit aux dames de trop se dénuder. Par contre, messieurs les hommes ont tout à fait le droit de profiter de la douceur du contact de l'herbe verte en caleçon, voire en slip.

Mais qui a donc bien pu oser parler de règlement sexiste et discriminatoire ? Alors, Monsieur Delanoë ?
Jeudi 20 mai 2004 - 23:35
Vous reprendrez bien un peu de Beth Gibbons avec votre muscat ?
Mercredi 19 mai 2004 - 21:06
Tempête passagère
Estomac et gorge noués,
respiration saccaddée,
il tourne en rond,
se retient de taper contre les murs,
de crier très fort,
de se faire violence,
ou de s'oublier dans ses vices,
à défaut de pouvoir te serrer dans ses bras, de se laisser submerger par cet étrange désir, qui se transforme lentement en la plus solide, la plus douce, la plus délicate et la plus durable des certitudes.
Ta présence lui manque, ton absence le blesse; demain ne lui a jamais semblé aussi loin.

Rien n'est simple; surtout pas une crise d'angoisse en début de week-end. Mais, étrangement, écrire ces quelques mots, dont tu ne prendras certainement jamais connaissance, et que tu n'es probablement pas prête à entendre, suffisent à calmer sa tempête, à faire taire ses démons, pour l'instant.
Mercredi 19 mai 2004 - 19:02
Comme disait l'autre, il n'y a pas de problèmes, que des solutions. Et parler de ces problèmes permet de leur trouver des solutions adaptées, quand on n'y arrive plus tout seul. Même si mes ambiguïtés font que je ne suis vraiment pas la meilleure personne à qui en parler. Objectivité zéro; c'est ce qui te retient, probablement.
Mardi 18 mai 2004 - 14:03
Devinette #4


Où ?
Mardi 18 mai 2004 - 14:00
Je crois qu'il va falloir qu'on parle, tous les deux.
Mardi 18 mai 2004 - 11:56
Invulnérable fragilité.
Mardi 18 mai 2004 - 01:51
Et la, après avoir pris une bonne heure pour taper consciencieusement un mail professionnel, il va, comme tous les soirs, s'endormir devant les énièmes rediffusions de Jamais deux sans toi..t. Il adore. Et il assume.
Mardi 18 mai 2004 - 00:09
Je crois qu'il est en train de tomber amoureux. Ca l'inquiète.
Lundi 17 mai 2004 - 00:20
République, Beaubourg, Châtelet, Saint Germain, Louvre, Opéra, Montmartre, Palais Royal, Hôtel de Ville, République.
Après-midi pédestre, sur un itinéraire en forme de noeud papillon, sous un soleil radieux, sur fond de dimanche aussi estival qu'insouciant.
Pas fatigué, juste vidé. Merci.
Lundi 17 mai 2004 - 00:00
J'ai retrouvé une photo de toi, dans mon portefeuille.
Dimanche 16 mai 2004 - 21:08
Devinette #3


Où ?
Dimanche 16 mai 2004 - 20:45
Coordonnées variables : Henri et son ombre
Dimanche 16 mai 2004 - 20:44
Devinette #2


Où ? Quoi ?
Dimanche 16 mai 2004 - 20:28
48° 51' 45" , 2° 20' 9" : Sans titre
Dimanche 16 mai 2004 - 20:13
48° 51' 43" , 2° 20' 18" : Sans titre
Samedi 15 mai 2004 - 23:03
Mister Iceberg a sur l'épaule nord
Une petite aux boucles d'or
Et sur l'épaule Sud
Une grande Solitude
Mister Iceberg hausse l'épaule Nord
Pour secouer la fille qui dort
Puis hausse l'épaule Sud Comme à l'habitude

Mister Iceberg a sur l'épaule Nord
Une petite fille incolore
Et sur l'épaule Sud
Comme un interlude
Mister Iceberg hausse l'épaule Nord
Pour rayer son disque d'or
Et son épaule Sud
Esquisse un prélude

Mister Iceberg a sur l'épaule Nord
Une petite qui dit encore
Et sur l'épaule Sud
Un peu d'lassitude
Mister Iceberg hausse l'épaule Nord
Pour lui faire voir qu'il est mort
Puis hausse l'épaule Sud
C'est son attitude

Serge Gainsbourg: "Mister Iceberg" (1978)
Vendredi 14 mai 2004 - 18:12
48° 52' 57" , 2° 19' 22" : Dominante rouge
Vendredi 14 mai 2004 - 00:02
48° 50' 38" , 2° 21' 0" : Les chats savent lire
Jeudi 13 mai 2004 - 19:33
Devinette


Où est-ce ? (indices : Paris, couloirs)
Mercredi 12 mai 2004 - 19:51
48° 52' 41" , 2° 19' 1"
Mercredi 12 mai 2004 - 19:44
48° 52' 41" , 2° 19' 1" : Saloperie de pigeon
Mercredi 12 mai 2004 - 19:40
Tu avais raison. Après s'être vidé la tête, il ne faut surtout pas la laisser se remplir avec Lisa Gerrard. Chaque musique son contexte.
Mercredi 12 mai 2004 - 08:56
On dit que qui ne dit mot consent.
Mardi 11 mai 2004 - 20:11
Ce soir,
je dois prendre une décision qui commence par "bail" et finit par "déménagement".
Un huitième étage, avec terrasse. Sacré Coeur à droite, Tour Montparnasse à gauche.
Grosse hésitation. Les oiseaux-monstres me manqueront, mais pas les voisins. La liberté de faire n'importe quoi à n'importe quelle heure me manquera, mais pas le prix du loyer. Le lieu, que j'habite depuis mon arrivée dans la capitale, soit cinq ans, me manquera, mais l'optique d'un changement de quartier, d'habitudes, de métro et d'adresse me réjouissent, au fond.
Mardi 11 mai 2004 - 19:55
Carnet #6
Penser à ajouter un nouveau métier dans la liste des reconversions possibles, juste entre "avocat", "photographe", "huissier" et "chômeur" : scénariste de films hollywoodiens longs et plein de jolis effets spéciaux et de héros sans charisme.
Mardi 11 mai 2004 - 19:43
Carnet #5
Illusion,
Illumination,
Méconnaissable.
8 février, 29 avril,
Mêmes mots, même violence.
Aucune limite, il te faut tout dire.
Entendre ce que tu as besoin d'entendre,
Oui, c'est de ma faute.

Les apparences sont parfois trompeuses. Et elles auront duré bien longtemps, ces apparences. À croire qu'il ne suffit pas de faire un petit bout de chemin avec quelqu'un pour penser bien le connaître. Il faut aussi s'en séparer.

Et au final, je garde tout un paquet de choses pour moi, et moi seul. Même pas pour mon carnet. Encore moins pour un brouillon d'article. Et il y en a, des brouillons. 21, précisément. Et tu sais de quoi ils parlent.
Je ne m'en porte pas plus mal, de cette retenue que je cherche à préserver depuis notre fin. Toi non plus. Question de respect, probablement. Un de nos tous premiers mots.
Mardi 11 mai 2004 - 19:34
Carnet #4
Quel silence, dans cette 11è chambre d'appel du Tribunal de Grande Instance de Paris. Quelques mots pour passer le temps, en attendant que le greffier aie la gentillesse de bien vouloir arrêter de blablater avec ses collègues, et de s'activer un peu. Une heure à contempler les moulures, lustres à 80 ampoules, pommes de pin gravées dans les bancs en bois, et autres dorures en état de quasi délabrement. Du vieux dans du vieux. Le seul truc pas vieux devait être le gendarme de faction, qui devait sérieusement se demander ce qu'il foutait là. Et n'était pas le seul à se le demander, d'ailleurs.

Enfin, quoi qu'il en soit, décision surprenante. Mais pas tant que ca, finalement. Ca fait plus de deux ans que ca dure, alors pourquoi ne pas encore reporter de deux mois, au 26 juin ? Pas d'objection ? Non, alors on reporte. Mais surtout, il ne faut pas penser à se justifier, la Justice a ses raisons, espérons qu'elles soient toujours imposées par la raison.
Mardi 11 mai 2004 - 19:27
Carnet #3
Perdu dans ses doutes, dévoré par ses démons. Comme un air de déjà vu. Encore une situation désagréable et trouble.
Il ne sait vraiment plus où il en est, ni avec lui-même, ni avec les cercles qu'il cotoie.
Il a l'impression d'avoir souffert de l'avoir vue, même si brièvement. Pensées négatives ? Non, juste troubles. Renfermées.
Il ne sait ni où il va, ni ce qu'il veut. Se laisser glisser vers le fond, solution de facilité. Non, il a des "valeurs", il déteste les situations de fuite, préfère affronter, quitte à y perdre beaucoup.
Flottant.
(à antidater au 05/05/04)
(après relecture : cet article ne veut rien dire - le litron de bière doit y être pour quelque chose)
Mardi 11 mai 2004 - 19:26
Carnet #2
Et cette phrase revient... «on ne voulait pas faire les mêmes erreurs, alors on en a fait d'autres».
Mardi 11 mai 2004 - 18:58
Carnet
En toute logique, quand on liquide une société dont l'adresse est une domiciliation (donc un service fourni par une autre société, qui se faisait évidemment payer pour ca), les courriers n'arrivent plus.
Le problème, c'est que certains organismes publics, celui en charge de notre chère sécu & allocs, pour ne pas le citer, visiblement pas encore notifié de la cessation d'activité intervenue l'an dernier, continue d'envoyer ses courriers à cette adresse, réclamant le versement d'une somme forfaitaire, car évaluée, pour l'année en cours.
Si on pousse un peu le raisonnement, les relances partent à la même adresse.
Même sort pour les dernières relances, par un huissier, cette fois-ci.
Par contre, évidemment, les courriers des banques, parlant de saisie attribution, eux, arrivent bien à la bonne adresse. Et les trois centaines d'euros de frais liés sont aussi prélevés sur les bons comptes.
Diplomatie...
Mardi 11 mai 2004 - 13:52
Deux mots,
Cruel,
Réel.
Mardi 11 mai 2004 - 13:49
Parfois,
quand on propose aux gens de s'ouvrir, et qu'ils se sentent suffisament en confiance, dans un certain contexte, devant une oreille attentive et compréhensive, ils le font, dévoilant leurs démons, exposant leurs craintes, le pourquoi du comment de l'étrange état d'esprit d'un jour. Enlevant par la même toutes les barrières placées jusque là sur certains sujets tabous, soigneusement évités, ou jamais abordés. Et voilà ! Aujourd'hui, je te dis tout.

Et elle en avait gros sur le coeur... Situation indescriptible, à la fois générique et si particulière, inévitable, cruelle et réelle. Fatale annonce préfigurant une abscence, une quête qui recommence, une page qui se tourne. La fin d'une Passion devenue habitude routinière. Dramelet. Entre doutes, hésitation à rompre un quotidien, peur de soi, de l'autre, peur du lendemain, de la galère. Peur d'avoir à gérer d'autres incertitudes, alourdissant un quotidien déjà morne, sans rebonds et sans plaisirs.

Mais, au final, se dire que ce n'est qu'une énième renaissance, une boucle. On se relève de tout, ca rend même parfois plus fort. Et probablement insensible, au fil du temps.
Mardi 11 mai 2004 - 07:23
Couché avant le soleil, réveillé par les oiseaux-monstres. Quatorze heures de sensuelle douceur, inhabituelle et ininterrompue. Velours nocturne, adossé à la simplicité d'un rêve.
Au réveil, il ne manquait que ton sourire, ta chaleur, ton odeur.
Demain, probablement. Comme si de rien n'était...
Vendredi 7 mai 2004 - 16:53
48° 52' 43" , 2° 19' 22" : Europe
Jeudi 6 mai 2004 - 23:31
Décidemment, rien à faire, la période actuelle ne se prête pas vraiment aux interminables choix de mots, aux longues réfléxions et aux écrits demandant parfois plusieurs dizaines de dizaines de minutes de rédaction. Ce n'est pas une question d'idées, le premier carnet en est rempli -d'ailleurs, je passe aux deuxième, le carnet rouge- mais plutôt un certain état d'esprit, d'autant que les évènements accompagnant le début de ce joli mois de mai ne me laisseront pas vraiment faire ce qu'il me plait, assombrissant d'autant un quotidien déjà flou quand aux possibles évolutions d'une situation.. bassement matérielle. Un flou ferme, obscur, insondable et parfaitement détestable.
Il ne me reste qu'une certitude : cette réalité à durée indéterminée, seule branche avant le fond, là, tout en bas. Et je ne tiens pas à vérifier une idée clamant que le passage par là est une étape nécessaire pour mieux remonter à la surface. Encore moins à envisager la fuite, valeur de défaite. Juste à déployer un exemple d'habileté et de diplomatie, seule échappatoire.
Et puis bon, depuis cet été 2000, une règle : tout ce qui ne tue pas rend plus fort.
Sourire. Le reste est un peu occulté par tout ca. Ca ira mieux avec un peu de sommeil, et surtout avec un dimanche, même froid et pluvieux, mais sans métro, sans rendez-vous, et sans téléphone.
Jeudi 6 mai 2004 - 22:24
48° 52' 8" , 2° 18' 36" : Demain
Jeudi 6 mai 2004 - 22:21
48° 52' 18" , 2° 18' 2" : ... ..- .. - . .-.. --- --. .. --.- ..- .
Jeudi 6 mai 2004 - 01:23
48° 52' 15" , 2° 19' 55" : . . . . . . . .
Jeudi 6 mai 2004 - 01:22
48° 52' 17" , 2° 19' 51"
Jeudi 6 mai 2004 - 01:21
48° 54' 25" , 2° 20' 4"
Mercredi 5 mai 2004 - 00:43
48° 51' 59" , 2° 21' 41" : Probablement une question de lumière
Mardi 4 mai 2004 - 19:22
À finir :
  • Anna Gavalda - Ensemble, c'est tout
À commencer :
  • Nicolas Rey - Courir à trente ans
  • Tonino Benacquista - Quelqu'un d'autre
  • Anna Gavalda - Je l'aimais
Mardi 4 mai 2004 - 08:47
« On ne voulait pas recommencer les mêmes erreurs, alors on en a fait d'autres. »
Lundi 3 mai 2004 - 19:38
à 10h AM, les yeux verts... Oui.
Dimanche 2 mai 2004 - 02:31
Mieux vaut ne penser à rien
Que de penser à vous
Ça ne me vaut rien
Ça ne me vaut rien du tout
Comme si de rien
N'était je pense à tous
Ces petits riens
Qui me venaient de vous
Dimanche 2 mai 2004 - 01:49
48° 52' 36" , 2° 23' 37" : Vertige
Samedi 1er mai 2004 - 12:22
Amusant, cet interphone avec trois touches permettant de faire défiler un a un les noms de tous les occupants de l'immeuble, puis d'appeller ledit occupant pour lui demander d'ouvrir la porte.. Mais quand on ne se souvient plus du nom dudit occupant, et qu'il y faut déjà 5 minutes pour faire défiler péniblement le bidule jusqu'à la lettre "e", comment on fait ?


capture d'écran
timing: 0.103 sec - sql: 2q, 0.003 sec