Un peu de... toi
I was alone,
falling free,
try my best
not to forget


liens
accueil
7è ciel(s)
mail

recherche


radio.blog
décembre 06
archives

archives
Janvier 12
Juillet 09
Janvier 09
Octobre 08
Août 08
Juillet 08
Mai 08
Février 08
Janvier 08
Novembre 07
Septembre 07
Juillet 07
Juin 07
Mai 07
Avril 07
Mars 07
Février 07
Janvier 07
Décembre 06
Novembre 06
Octobre 06
Septembre 06
Août 06
Juillet 06
Juin 06
Mai 06
Avril 06
Mars 06
Février 06
Janvier 06
Décembre 05
Novembre 05
Octobre 05
Septembre 05
Août 05
Juillet 05
Juin 05
Mai 05
Avril 05
Mars 05
Décembre 04
Novembre 04
Octobre 04
Septembre 04
Août 04
Juillet 04
Juin 04
Mai 04
Avril 04
Mars 04
Février 04
Janvier 04
Décembre 03
Novembre 03
Octobre 03
Septembre 03
Août 03
Juillet 03
Juin 03
Mai 03
Avril 03

syndicate


ailleurs
dali
duplex
junko
l'excentrée
la grange
maaa
malabarprincess
midget
odysseus
smoking
kills

vari(ati)ons

pas loin
404bnf
60millions
acathodique
artefact
bonk
cali
cha
childish
teen

dew
fleur
freaky
doll

fsens
henrisson
homonyme
impair(e)
kwyxz
matthieux
menstruel
mir
monierza
nacara
ol/lo g
oni
polly.p
pouic
sparkling
sskizo
theo
uname
yoda
zazon
zoya

pour les yeux
84
bluejake
carte
blanche

chromasia
d.d.o.i
décadence
de ci, de là
dpov
elle
grey
expectations

interesting
@flickr

joe's
nyc

jr
kawaii
nostalgika

kea
mareen
fischinger

mute
northern
exposure

olive
olivier j
open eyes
overshadowed
photo+
addiction

shazeen
samad

slower
staring
@ the sun

steal
pictures

the bitter
*girls

un jour
à paris

widelec
wysiwyg

à écouter
aurgasm
buscate
un novio

candy
cane

comiteacute;
central

concerts
à emporter

copy,
right?

dfa
for robots
green
i was
there

mort
aux jeunes

palms out
sounds

really?

favoris
lecteur RSS
ascreen
blog à part
un blog par jour
le blog fun
MindFood
@myspace
tripHop
image très drole
 

admin




Jeudi 25 août 2005 - 00:42
[scratch, scratch..]
Jeudi 18 août 2005 - 02:31
Surréaliste.
Comme une soirée qui se commence avec un ami de cinq ans, de ceux qui avec on peut parler de tout, de rien. Ou pas. Pendant des heures. Traverser à pied la moitié de Paris sans se dire un mot, se dire que putain, le silence, ca fait du bien, simplement ne pas se poser de questions, se poser à une table de restaurant, en terrasse, avec vue sur la rue de Charonne. Oui, on a vu plus gracieux. Et alors ? Restaurant, donc, pardon. De ceux où l'accueil est familial, bise, tutoiement, prénoms, et ca a été les vacances au pays ? La Petite est souriante, discrète, effacée. Je remarque une jolie rousse, joliment ronde, joliment radieuse, joliment mélancolique. Habituée, une autre fois, peut-être.
Revenons à mes moutons.

Surréaliste, donc. Juste une sonnerie de téléphone, pendant un instant d'absence. Les Dust Brothers, Corporate World. Répétée trois fois. Trois fois dix minutes plus tard, une fille, sa seconde. Troisième, pardon. Deux heures d'hypocrisie, pas parler de l'autre, la seconde, pardon, la troisième.. Homme à femmes. J'essaye de ne pas juger. On est naïf à ving ans et onze jours. Pardon, vivant. Deux heures de rires; et de toutes façons, elle est arrivée avec son sourire, son ivresse manifeste, sans trop nous laisser le choix.
Hier, un chiffre, le trois. Trois, parce que c'est un peu le début d'une troisième vie. Aujourd'hui, le sept.. parce qu'on en a peut-être que sept, finalement. Pas neuf, ca c'est pour les chats.

Ce soir, je n'ai rien appris, rien de bien intéressant à dire, hésité à publié cet article, et finalement juste croqué un petit bout de vie, réussi à garder cet énorme sourire, parfois un peu troublé, parfois un peu triste.. et repensé, en rentrant, seul dans mon métro, à ce gars qui disait qu'un jour viendra, où je pourrai en mourir de rire...
Mercredi 17 août 2005 - 01:11


-- le 7 août
Lundi 15 août 2005 - 23:32
Citation volée: c'est plus facile de remonter si on a touché le fond de la piscine, pour pouvoir donner cette petite impulsion qui va nous faire remonter rapidement.
Lundi 15 août 2005 - 20:32
Hier, à 19h37, je te disais que je fais fuir les gens que j'aime, et que je me lasse de ceux qui m'aiment. Je me suis trompé.
Ce matin, à 10h28, tu me disais que vivre, ca veut dire repousser continuellement loin de soi quelque chose qui veut mourir; que vivre, ca veut dire être cruel et impitoyable envers tout ce qui chez nous faiblit et vieillit.
Plus tôt, je parlais d'un vieux disque rayé, du besoin d'une impulsion, d'un choc, d'un changement de piste. De quelque chose de radical, de fort, d'un coup de fouet, marquant, inqualifiable tant dans la forme que le fond. C'est certainement le pourquoi.
La, maintenant ? Mes démons ? Insignifiants, méprisables, dérisoires. Inoffensifs.
La, maintenant ? Je veux vivre, au futur.
Dimanche 14 août 2005 - 00:03
Merci.
Vendredi 12 août 2005 - 22:54
En fait, c'est un peu comme un vieux disque vinyle rayé, qui tourne en boucle, déséspérément bloqué sur une chanson triste. Tout l'art consiste alors à trouver la bonne impulsion, celle qui permettra de passer à la piste suivante, celle qui rit, celle qui sourit, surtout pas la précédente, celle, mélancolique, qui pleure.
Implacable : une mauvaise impulsion peut, à tout moment, reconduire au début du disque, au silence de la fin, ou à n'importe quelle chanson, ne laissant évidemment aucune possibilité de prévoir laquelle.

Vive le numérique.
Mercredi 10 août 2005 - 18:07
Flou, toujours flou. I put a spell on you.
Mardi 9 août 2005 - 21:03
Complètement embrumé. Dans le gaz. Au radar. Impossible de me concentrer sur mes projets. J'imagine que ca doit avoir quelque chose à voir avec les cyclopyrrolones et autres bidules à base d'hydroxyzine qui me font des trucs bizarres aux neurones. Ou alors je m'en rends pas compte, mais je suis encore en train de dormir, malgré une (dificillement productive) journée de travail précédée d'une bonne grosse nuit assistée par chimie moderne, dont je ne me souviens que de la durée : 13 (treize) heures.
Quoi qu'il en soit, là, maintenant, tout de suite, j'aimerai être quelque part à l'ouest, la où, au soir, on voit la lune se refléter sur une mer calme, la où, au réveil, les rayons du soleil naissant se posent doucement sur une mer d'arbres, dans la quiétude d'une propriété privée parfaitement isolée du reste du monde, de toutes façons impossible à trouver sauf hasard ou suivi attentif des trois pages d'instructions de voyage laissées par la propriétaire.
Lundi 8 août 2005 - 21:57
Paris Plage, c'est pas que des brumisateurs sous la pluie, c'est aussi des concerts gratuits, en plein air, dont, samedi dernier, Sébastien Schuller. Jeune groupe d'éléctro-rock planant, beaucoup moins planant grace à la présence d'un batteur hors du commun. Planant, donc, comme du Telepopmusik, avec la puissance musicale d'un Massive Attack, la douceur d'un Craig Armstrong, l'agressivité d'un Muse, la perfection d'un Radiohead (dans leur période electro, en tout cas), ou la beauté d'un riff by Lenny Kravitz. Oui, rien que ca.

Et en plus, ils présentent bien :



Pour l'écoute, c'est par la.
Dimanche 7 août 2005 - 13:25
J'accuse le choc, j'essaye doucement de sortir de l'état de trouble extrême de ces derniers jours, de remettre de l'ordre dans mes idées, de faire le vide, de retrouver mes mots. Une journée d'appréhensions, une nuit de sanglots, sanglots toujours, sanglots monotones, sanglots en l'air, sanglots longs, sanglots dans le vent, sanglots entrecoupés, à n'importe quel moment, même dès les premières dizaines de secondes suivant le réveil, ca ne m'avait jamais frappé aussi violemment.

Envie de comprendre pourquoi je lui ai si facilement montré ma pire facette, celle d'un homme torturé, noir, négatif, trop sensible, bouffé par ses démons, qui ne croit plus en personne, surtout pas en lui, ni en sa vie, encore moins en son futur. Pourquoi c'était si bien parti, pourquoi on y a tous les deux cru à ce point, à cette évidence, pourquoi on a été décus à ce point, pourquoi plus rien n'est possible, maintenant.. Pourquoi je l'ai amenée au mauvais endroit, au mauvais moment, pourquoi le jui ai parlé des mauvaises choses. Réaction en chaine, sensibilités exacerbées, estomac noué et boule dans la gorge. Mal à l'aise, simultanément.

Treize heures de sommeil derrière moi, autant que le cumul de toutes les nuits de cette dernière semaine, pourtant je me suis souvenu de mes rêves - de mes cauchemars. Une soirée dans un manoir provincial, recherche effrennée de Cocaïne, une galère chez un marchand de bonbons qui a mis trop longtemps à me servir une canette de Coca-Cola, suite chez l'épicier du coin qui me vendait la même canette cinq euros. Souvenir réel: une fille, souriante, malsaine, contaminée, je ne te suivrai pas dans ton gouffre. Retour au domicile fixe, plus rien à dire, plus rien à faire, TS aux barbituriques, trou noir.. Réveil brutal, dans la vraie vie, en nage, dehors, les chiens aboient. Le chat dort contre moi, il n'a pas bougé.

Laisser passer un peu de temps, me restructurer, ne croire en rien, ne rien espérer, se souvenir, peut-être la rappeller, m'excuser pour tout ca, lui faire promettre de ne pas bousiller ses opportunités pour moi, me promettre d'éviter nos lieux communs, dans notre intérêt commun.

Bonne continuation.
Vendredi 5 août 2005 - 21:38
- Girls are like internet domain names, the ones I like are already taken.
- well, you can stil get one from a strange country :-P
Mercredi 3 août 2005 - 00:29
Pensée du jour : penser à arrêter de penser..
Lundi 1er août 2005 - 22:48
Coup de coeur : la, la et la.
Lundi 1er août 2005 - 21:32
- Au fait, ton numéro, c'est Orange, non ?
- Euh.. Oui..
- OK, je sais quel opérateur prendre maintenant.
Lundi 1er août 2005 - 16:16
(la, je me sens vraiment très très très très con)
Lundi 1er août 2005 - 01:18


(pas d'autres commentaires - je ne peux que recommander le premier : Urbs : Toujours le même film, en écoute sur le radio.blog - oui, je sais, c'est mal)


capture d'écran
timing: 0.045 sec - sql: 2q, 0.004 sec