Un peu de... toi
I was alone,
falling free,
try my best
not to forget


liens
accueil
7è ciel(s)
mail

recherche


radio.blog
décembre 06
archives

archives
Janvier 12
Juillet 09
Janvier 09
Octobre 08
Août 08
Juillet 08
Mai 08
Février 08
Janvier 08
Novembre 07
Septembre 07
Juillet 07
Juin 07
Mai 07
Avril 07
Mars 07
Février 07
Janvier 07
Décembre 06
Novembre 06
Octobre 06
Septembre 06
Août 06
Juillet 06
Juin 06
Mai 06
Avril 06
Mars 06
Février 06
Janvier 06
Décembre 05
Novembre 05
Octobre 05
Septembre 05
Août 05
Juillet 05
Juin 05
Mai 05
Avril 05
Mars 05
Décembre 04
Novembre 04
Octobre 04
Septembre 04
Août 04
Juillet 04
Juin 04
Mai 04
Avril 04
Mars 04
Février 04
Janvier 04
Décembre 03
Novembre 03
Octobre 03
Septembre 03
Août 03
Juillet 03
Juin 03
Mai 03
Avril 03

syndicate


ailleurs
dali
duplex
junko
l'excentrée
la grange
maaa
malabarprincess
midget
odysseus
smoking
kills

vari(ati)ons

pas loin
404bnf
60millions
acathodique
artefact
bonk
cali
cha
childish
teen

dew
fleur
freaky
doll

fsens
henrisson
homonyme
impair(e)
kwyxz
matthieux
menstruel
mir
monierza
nacara
ol/lo g
oni
polly.p
pouic
sparkling
sskizo
theo
uname
yoda
zazon
zoya

pour les yeux
84
bluejake
carte
blanche

chromasia
d.d.o.i
décadence
de ci, de là
dpov
elle
grey
expectations

interesting
@flickr

joe's
nyc

jr
kawaii
nostalgika

kea
mareen
fischinger

mute
northern
exposure

olive
olivier j
open eyes
overshadowed
photo+
addiction

shazeen
samad

slower
staring
@ the sun

steal
pictures

the bitter
*girls

un jour
à paris

widelec
wysiwyg

à écouter
aurgasm
buscate
un novio

candy
cane

comiteacute;
central

concerts
à emporter

copy,
right?

dfa
for robots
green
i was
there

mort
aux jeunes

palms out
sounds

really?

favoris
lecteur RSS
ascreen
blog à part
un blog par jour
le blog fun
MindFood
@myspace
tripHop
image très drole
 

admin




Jeudi 29 septembre 2005 - 22:41
(ne surtout pas se demander pourquoi google me fout une pub meetic, là, un peu plus bas..)
Jeudi 29 septembre 2005 - 22:36
En y repensant, il m'a tout de suite fait penser à.. hum.. Pollux.

Jeudi 29 septembre 2005 - 16:16
Les buveurs de bière du boulevard Sébastopol, juste en bas du bureau : vous aviez déjà vu un rastawoufwouf, couvert de dreads ?
Mercredi 28 septembre 2005 - 05:15
Ca va ?

J'arrête pas. Entre les beats furieusement electro/dub d'Ez3kiel, la découverte des excellentissimes Marseillais des Troublemakers (aussi ici), l'arrivée d'un peu d'electro B00M [Swayzak] B00M [Fischerspooner] venant de l'est (merci Fubiz), les sonorités bizarrement chantantes de Lali Puna, les chants aussi planants que mélancoliques qu'en contexte de Lady & Bird, le bruit juste comme je l'aime des Deftones, cette méchante tuerie d'Adagio en G mineur de M. Tomaso Albinoni, qui n'a pas perdu une ride malgré ses 300 ans, les créations de notre Tiersen national, et un espèce de truc indéfinissablement hardcore made by High Tone.. Ca y est, vous avez le détail de la playlist du radio.blog de septembre.

Et à part ca ?

Je sors tranquillement de mon hibernation d'avant l'heure. Trois semaines sans (presque) voir personne. Et bien.. ca fait du bien. Mes démons ? Oh, tu sais, j'y pense tout le temps... Il suffit d'un rien, d'un parfum laissée par une inconnue dans le métro, d'un reflet rougeâtre sur le trottoir d'en face ou autres insignifiances pour retourner instantanément quelques mois en arrière, remettre au goût du jour tout un paquet de choses négatives, malsaines, violentes et incompréhensibles, repenser à une citation, disant que le silence n'est ni neutre, ni défensif.. juste terriblement agressif. Et puis, tu sais, les passions, celles qui peuvent te rendre fou, faiblissent. Pas l'amour. L'oubli n'est pas chose facile.. Au moins, maintenant, à défaut de savoir ce que je veux, je sais ce que je ne veux surtout pas.
Mercredi 21 septembre 2005 - 01:43
Troublemakers - If you arrest me
Mercredi 7 septembre 2005 - 04:26
Il te regardait bizarrement, un peu l'air d'attendre que tu finisses ta phrase, pas encore commencée. C'était un terme d'un bon diner dans un bon restaurant, de ceux sans surprises, dans le sens positif du terme. Destination décidée après l'habituel rendez-vous à l'endroit canonique, où le Raki vient maintenant tout seul à vous, sans la moindre intervention de votre part..
Un peu comme d'habitude, en fait. Tu finis par te lasser de ce quartier, de ses apparences, de ses personnages, de ses images si parisiennes, de cette impression de pouvoir te déplacer les yeux fermés d'un point à l'autre.. De ces cantines, terrains connus, où tu te retrouves parfaitement à ton aise au présent, mais qui te rappellent chacune une avalanche de souvenirs, une multitude de visages, quelques angoisses, beaucoup d'excès, d'ivresses de bonheur, et autant de déceptions.
Oui, tu lui dis que ca va. Que tu as pris un peu de recul, entendu et réalisé beaucoup de choses.. et que tu as au final l'impression que certaines molécules auxquelles tu as naïvement essayé de t'accrocher t'ont placé exactement dans l'angle optimal de départ d'un dangereux toboggan. Que tu as pris avec allégresse et insouciance. Facile.
Deux jours d'effets secondaires et autres cauchemars, une semaine en dents de scie, deux week-ends entiers de cocooning total, et ton réveil.. Tu lui parles de tes grosses envies de changement, de fuite de ta banlieue grise et calme, trop grande, impraticable pour toi; tu renonces à lui préciser tes envies de vue sur les toits de Paris, ou sur un parc, une large cour pavée et fleurie, ou une rue animée; de murs blancs, de grandes fenêtres, de rideaux opaques, parquet ou tomettes. Tu parles de ton futur quartier, vivant, à explorer, lui aussi vierge de toute émotion, de toute sensation ou mauvais arrière-gout. Tu te justifies -comme toujours-, tu veux changer de présent, ne plus prendre ce métro dont tu as fini par avoir peur, dans lequel tu ne peux t'empêcher d'attendre, d'espérer et de redouter le moment où tu croiseras la fille.. Créer une rupture, franche, n'habite plus à l'adresse indiquée.
Tu lui dis que tu t'accroches à ton job, que tu as fini par prendre tes habitudes, que tout le monde a bien trouvé ses marques, que ce n'est que le début d'une longue expérience, mais, sans le savoir, tu penses déjà à tes prochaines opportunités, et à tes envies, d'ici quelques années..
Mais pour l'instant, tu sais que tu prends ton temps, tu fais le tour de tes projets, de tes univers. Tu reprends tes découvertes, sonores, nouvelles, ou pas. Tes lectures, tes photos, tes rencontres.
Tu m'as dit t'être fixé une règle: ne plus forcer ou t'accrocher au hasard.. vivre, simplement.

(sur Ez3kiel - How do you sleep ?)
Lundi 5 septembre 2005 - 17:25
C'etait un jour avant son dix huitieme anniversaire. Les 7 nains, qui avaient aidé 'blanche neige' toutes ces années après qu'elle se soit enfuit de chez sa belle mère, lui avaient promis une *grosse* surprise. A 5 heures comme toujours, ils sont rentrés du travail. Mais cette fois ils avaient un air coquin...

(tiens, ca faisait longtemps)


capture d'écran
timing: 0.035 sec - sql: 2q, 0.003 sec