Un peu de... toi
I was alone,
falling free,
try my best
not to forget


liens
accueil
7è ciel(s)
mail

recherche


radio.blog
décembre 06
archives

archives
Janvier 12
Juillet 09
Janvier 09
Octobre 08
Août 08
Juillet 08
Mai 08
Février 08
Janvier 08
Novembre 07
Septembre 07
Juillet 07
Juin 07
Mai 07
Avril 07
Mars 07
Février 07
Janvier 07
Décembre 06
Novembre 06
Octobre 06
Septembre 06
Août 06
Juillet 06
Juin 06
Mai 06
Avril 06
Mars 06
Février 06
Janvier 06
Décembre 05
Novembre 05
Octobre 05
Septembre 05
Août 05
Juillet 05
Juin 05
Mai 05
Avril 05
Mars 05
Décembre 04
Novembre 04
Octobre 04
Septembre 04
Août 04
Juillet 04
Juin 04
Mai 04
Avril 04
Mars 04
Février 04
Janvier 04
Décembre 03
Novembre 03
Octobre 03
Septembre 03
Août 03
Juillet 03
Juin 03
Mai 03
Avril 03

syndicate


ailleurs
dali
duplex
junko
l'excentrée
la grange
maaa
malabarprincess
midget
odysseus
smoking
kills

vari(ati)ons

pas loin
404bnf
60millions
acathodique
artefact
bonk
cali
cha
childish
teen

dew
fleur
freaky
doll

fsens
henrisson
homonyme
impair(e)
kwyxz
matthieux
menstruel
mir
monierza
nacara
ol/lo g
oni
polly.p
pouic
sparkling
sskizo
theo
uname
yoda
zazon
zoya

pour les yeux
84
bluejake
carte
blanche

chromasia
d.d.o.i
décadence
de ci, de là
dpov
elle
grey
expectations

interesting
@flickr

joe's
nyc

jr
kawaii
nostalgika

kea
mareen
fischinger

mute
northern
exposure

olive
olivier j
open eyes
overshadowed
photo+
addiction

shazeen
samad

slower
staring
@ the sun

steal
pictures

the bitter
*girls

un jour
à paris

widelec
wysiwyg

à écouter
aurgasm
buscate
un novio

candy
cane

comiteacute;
central

concerts
à emporter

copy,
right?

dfa
for robots
green
i was
there

mort
aux jeunes

palms out
sounds

really?

favoris
lecteur RSS
ascreen
blog à part
un blog par jour
le blog fun
MindFood
@myspace
tripHop
image très drole
 

admin




Mercredi 31 mai 2006 - 23:15
L'apparente insouciance de Simone;

Et cette imprévisible étreinte, de celles qu'on voudrait éternelles; dans mon cou, un souffle chaud, dans mon dos, entre veste et chemise, une paire de mains; quelques mots, une question, réponse négative, sourire en coin; sensibles, sensibilités exacerbées, corps collés, onze baisers, un baiser, juste de quoi méditer plus paisiblement sur la portée du mot tendresse.
Mardi 30 mai 2006 - 22:39
Quelques heures plus tôt, je notais vaguement une sombre histoire de puits rempli de feuilles mortes, histoire maintenant complètement illisible, peut-être à cause des cahots du métro, peut-être aussi parce que je ne voulais simplement pas qu'elle soit lisible, qui sait ce qu'on peut bien vouloir faire de l'expression écrite d'un brutal coup de blues;

Quelques dizaines de minutes plus tôt, je cherchais un peu de réconfort auprès de la voix surprise d'Esmeralda, qui deviendra tour à tour enjouée, taquine, réjouie; rendez-vous est finalement pris dans quelques semaines, à Barcelone, pour quelques jours off, au soleil, en souriante compagnie;

Quelques minutes plus tôt, vingt secondes de silence, ultime sourire téléphoné, tu veux que je te ramène quelque chose de Thaïlande - non, merci, si, un peu de sérénité, tu peux?

Et là, voilà, énième fois, finir par se connaître, fin de cycle, je vais bien, regarde mes mains, mais qui me sauvera?
Lundi 29 mai 2006 - 20:34
Bloqué au bureau par une averse de grêle, pile au moment où j'allais m'envoler, tiens, profites-en pour chercher tes mots, non, ça ne vient pas, pourtant, juste en dessous, j'ai noté "j+365 - 21 juin", après Dead Can Dance et leurs reprises repectives par divers groupes de heavy metal; d'ailleurs, oublié le pincement au coeur, magistral, symphonique, le pincement ?
À Belleville, samedi, vers sept heures du matin, sur cette ligne onze qui attaque les(mes) neurones, pas de fantômes, juste un black très athlétique, en tutu blanc et baskets, l'air visiblement embarassé; plus tôt, finalement, je ne verrai pas la belle Eva, mais un autre air de déjà vu: le retour de la vengeance des pathétiques jeunes cons bourrés, scénario reproduit très exactement à l'identique, au détail près; essayer d'en rire, si possible; non, pas possible, no comment.
Il ne grêle plus.

Lundi 22 mai 2006 - 18:58
(18:41:17) Ben: Bonjour, [ça marche pas] mon login est ben et mon pass est sodomie, tu pourrais regarder ca stp ?

-- cher client, ...
Lundi 22 mai 2006 - 02:11
[ici, video de chiens electrovolants qui me pète mon layout et gêne visiblement les quelques personnes utilisant encore IE]

-- download - dédicace: ch - merci: x - source: pleix
Vendredi 19 mai 2006 - 06:56
Teasing
Vendredi 19 mai 2006 - 06:45
Ligne 3, Réaumur-Sébastopol, direction Levallois, le souvenir d'une conversation téléphonique à fleur de quai, colère irréelle, n'y pense pas; pour l'Europe, les sangliers sont lachés, se positionner en milieu de quai, donc, réflexe automatique pour un trajet vécu au quotidien des centaines de fois, l'air de déjà vu de la place de l'Europe, je répète, les sangliers sont lachés, après, à droite, à gauche, le dilemne est toujours le même, c'est con un rond-point; les locaux sont fidèles à mes souvenirs, vieux, inconfortables, tendance décrépitude habitude, à l'image de leurs occupants; l'accueil est tendu ou ambigu, l'ambiance à la nervosité et aux demi-mots et autres chuchotements, rien n'a changé, oh, non, rien ne bouge; plus tard, les langues se délieront à la faveur de potions de vie alcoolisées et de décisions prises, mais au moment de choisir entre soupir vaporeux, évasion bariolée, trajectoire givrée, émotion veloutée, dame blanche et plat du jour, je perds le fil, futilités et politique mènent à un ennui profond; /urgence professionnelle/ pour excuse, je vogue vers une salle machine pour une fois plus fraiche que le boulevard Voltaire passé minuit, vaquer à mes occupations non urgentes mais néanmoins professionnelles;
6h30, Paris s'éveille et ses terrasses n'ont jamais été aussi agréables, je tremperai donc les croissants chauds dans un chocolat-crème brûlant en repensant à tous ces tera-octets et giga-bits maintenant disponibles pour le stockage et la diffusion de documents multimédia principalement destinés à compléter l'éducation sexuelle des mâles francophones; une couette plus tard, déjà 18h, pas possible, je suis en GMT+10, tu parles de décalage; après, merci pour ton intervention, euh, quelle intervention, à 13h, comment ça, je dormais, on s'est parlé au téléphone et par msn, tu ne t'en souviens pas, non, je dormais; 19h30, le rendez-vous secret se dirigera vers les quais, avec bonne dose de soleil, pollen plein les yeux, cigarette aux relents d'herbes de provence et gars relou qui vient nous parler de sa vie de merde vous avez rien compris t'aurais pas une clope; minuit, la révélation d'autres performances buccales me laisse bouche bée et plutot sceptique, va falloir qu'on cause/picole sérieusement tous les deux; 5h36, sommeil (re)viens, j'aimerais vraiment être en forme pour aller écouter les the bigger splashes ce soir -et- déjeuner avec mes collègues adorés.
Vendredi 19 mai 2006 - 05:51


Mercredi 17 mai 2006 - 15:38
Les marronniers transforment depuis quelques semaines le boulevard de Sébastopol en une opaque rivière de feuilles, figée dans un lit de pierre de taille, la métaphore est facile mais le cadre réellement agréable; sur les balcons, au soleil, cigarettes allumées, il me demande pourquoi cette fille se confie à lui, pourquoi elle ne garde pas sa personne-à-oublier et ses démons pour elle, et puis pourquoi lui?

Alors je lui réponds exactement ce qu'il veut entendre, et il enchaîne sur ses vingts ans, sur sa première grosse déception amoureuse qu'il préfèrait garder pour lui, et sur le pigeon téméraire, qui, quatre étages plus bas, picore je sais pas quoi en plein milieu de la chaussée, s'envolant à la dernière seconde à l'arrivée d'un quelconque véhicule, et retournant invariablement picorer son je ne sais pas quoi après le passage dudit véhicule.

Mais mes pensées sont ailleurs; elle surgit, Tristesse; je repense à ces âmes qui se croisent et se décroisent à l'infini dans cette grosse bulle de suie, se perdent de vue au gré des mouvements d'affinités et d'amitiés, des prises de distance, inconstances et invitations non réciproques qu'on finira par ne plus renouveller, inimitiés viscérales et autres effets de groupe(s). Elle surgit, donc, Tristesse, unilatérale, l'électron libre tendance incontrôlable a décidemment bien du mal à trouver sa place dans cette grande ville qui pue; mais.. même si les short cuts mériteraient bien d'être développés, et leurs liens étoffés, il faut toujours se méfier des mots, non?

C'est certainement nécessaire, oui, retour à de futiles préoccupations plus terrestres, quatre étages plus bas, le pigeon téméraire n'est plus qu'un vague mélange rougeâtre d'os et de plumes, informe bouillie de sang et d'organes aux reflets blancs et gris, c'est la vie; en quelques minutes, le ciel se couvre, le vent se lève, et mon téléphone choisira de sonner à l'instant précis où les premières gouttent se mettront à tomber, annonçant l'imminence d'un inévitable grondement de tonnerre et la conclusion si prévisible d'une conversation tout aussi prévisible. Spleen.

Se croisent et se décroisent...
Lundi 15 mai 2006 - 18:04
Le cidre et le jus de /cranberry/ ont été malencontreusement servis dans le même verre. C'est très bon. Et je vais devoir t'embrasser si tu ne changes pas d'avis.
Lundi 15 mai 2006 - 17:19


-- so frenchy


capture d'écran
timing: 0.041 sec - sql: 2q, 0.004 sec